"L'hôpital psychiatrique abandonné"--------Chapitre 10

Publié le par JPL du Var

"L'hôpital psychiatrique abandonné"------Chapitre 10

------------------------------------------------------------------

Ils surveillaient les aiguilles dans le salon d'Ana.

Car sa maison était la mieux située, de loin...

Le premier et ses seconds étaient d'accord, mais n'aimaient pas.

Ils étaient là pour l'heure du départ, avec ceux de l'expédition.

Aussi le chef des agents, pour les conseils et les ordres.

Avec aussi le curé et le docteur, comme d'habitude.

-"Je vous accompagnerai par mes prières et mes offices"

Monsieur le curé avait parlé! C'était une surprise. C'était rare..

-"Nous vous remercions avec sincérité, monsieur le curé."

Ana exprimait sa gratitude avec des mots polis.

Mais les premières paroles de l'homme de l'église du village

Etaient passées , et reparties, loin, au dessus des angoisses.

Pour se perdre dans les nuages de son Paradis noir.

La grande horloge prit la responsabilité de sonner l'heure du départ.

-"N'oubliez pas, surtout! Des photos de tout et de partout.

Vous inspectez toutes les pièces, les choses normales ou pas.

Mais, conseil et ordre de moi : aucune imprudence!

Pas de risque qui ne sert à rien. Vous avez des armes...

Vous n'y allez pas pour vous battre. Pas de violence.

A la moindre menace , à la moindre apparition d'un danger,

Vous nous prévenez, vous abandonnez tout, vous partez.

Pour nous avertir, vous possédez des fusées qui éclairent loin.

Une troupe de renfort est prête. Elle a le droit, bien sûr,

D'intervenir là bas, si vous êtes menacés d'un danger, grave.

Ils feront un nettoyage complet des lieux...

Ou sinon, si vous ne trouvez rien d'horrible ou illégal,

Ce que nous supposons tous, malgré les rumeurs populaires,

Notre projet est de restaurer, faire de belles choses là bas.Plus tard!

Cet hôpital lugubre terrorise et nuit à l'image de notre commune!

Que tout se passe bien. Et revenez vite, tous, entiers.."

Redressé, tout en grand,le premier, avec le chef des agents à côté,

Avait prononcé un discours, sévère, déjà souvent entendu.

Ses ordres et conseils, qui ne pouvaient pas être discutés,

Chacun les rangeait, quelque part, dans son matériel de mission.

Ana,Petra, Sami,Marie,Artun, Arteux,

Et l'inspecteur Cordier, se glissèrent dans le noir, déjà prêt à partir,

Avec une détermination et une confiance, de plus en plus relative,

Pour rejoindre cet hôpital psychiatrique abandonné....

Le premier, avec discrétion,avait fait beaucoup de recherche

Auprès des services de l'inspection et de tous les chefs.

Pour mieux savoir tout, ou presque, sur ceux de ce groupe.

C'est l'inspecteur, le plus chef, qui lui avait donné les renseignements.

-"Alors, il y a , en premier lieu, Ana..

C'est elle qui est à l'initiative du projet..

Il nous semble qu'elle est très directement concernée.

Parce que, un des siens proche a dû rentrer dans cet endroit

Parce que des médecins psychiatres l'avaient décidé.

Et parce que il n'en était jamais revenu....!

Elle est obsédée, déterminée, et a un caractère de chef.

Petra et Sami, ses deux collègues de l'IREMA..

Ils ont été envoyés pour l'aider. Ce sont ses amis.

L'inspecteur Cordier est un calme, réfléchi, et, même, timide.

Il est très proche du premier inspecteur, celui qui a perdu une main.

Depuis, il n'est plus timide et réfléchi. Il brûle dans sa tête.

La haine et la vengeance lui ont apporté la méchanceté violente.

Trop dangereux, nous ne voulions plus de lui. Impossible!

Artun et Arteux sont deux agents, sans peur et sans reproche.

Artun est fort. Il tire vite, et essaie de réfléchir ensuite.

Un cimetière entier est consacré à ses cibles...

Mais il est droit, apprécié, irréprochable, indispensable.

Arteux est fort aussi. Mais il réfléchit toujours, beaucoup plus.

Il n'a pas assez de cibles atteintes pour un cimetière, même petit.

Mais il est droit, apprécié,irréprochable,indispensable.

De toute façon et de plus, ils ont été imposés par le chef des agents!

Reste la Marie, inconnue, énigmatique, pas sympathique.

Pourquoi elle est dans l'équipe? Elle s'est imposée pour d'obscures raisons.

Elle pourrait être, sans doute et peut'être, une infirmière pour fous..

Il nous semble qu'elle connait, un peu, beaucoup, les bandits recherchés.

Elle n'est , bien évidemment, pas la fille d'un architecte du bâtiment..

A notre avis, elle cherche quelqu'un ou quelque chose là bas.

Il faut s'en méfier! Elle est louche et dangereuse..

Voilà! Telle est la "première compagnie" de l'hôpital psychiatrique abandonné"

-"Espérons que nous ne perdrons pas la première compagnie..."

Le premier essayait de faire de l'humour! Essayait....

Il n'existait, vers là bas, qu'un chemin avec ses pavés, très vieux.

Entre ces solides pavés, se dressait une verdure particulière.

Une herbe résistante, dure piquante, inconnue dans les livres.

Le terrain, de chaque côté, en accord avec sa destination

Etalait un abandon désespérant. Quelques buissons..

Quelques arbres tout juste moyens. L'emplacement d'un ancien parking,

Accompagnaient l'expédition jusqu'à, ce qui semblait être, une entrée.

Dans l'obscurité faiblissante, mais encore présente,

Apparut quelque chose de monumental et imprésionnant.

Une porte, grande, double, et certainement très lourde.

C'était l'entrée principale, vraisemblablement,

De ce géant, dont les murs, fenêtres et tout, montaient au ciel.

On aperçut tout de suite quelque chose d'un peu pas normal.

Un côté de la double porte semblait un peu et assez ouvert, pour eux!

-"Tiens, une chance! Cette lourde porte ne sera pas un obstacle!"

-"Ah oui!! Et tu trouves que c'est normal, Marie??

Une porte qui s'est ouverte, toute seule, pour nous!

Une porte que j'ai beaucoup observée avec ma longue vue.

Je l'ai toujours vue fermée. Jamais observé une ouverture.."

La remarque, grinçante, d'Ana fit grimper le trouble général.

-"Mais oui. Bien sûr, on nous a ouvert. On nous attend!"

-" Cette fois, tu la fermes! Nous ne voulons plus t'entendre, Marie.

Tout le monde se demande d'ailleurs ce que tu fais ici, avec nous."

-"Ana, tu commences à me....."

Mais les regards assassins d'Ana et des autres, avec des gestes

Dressèrent une barrière infranchissable par les mots de la Marie.

Elle se plongea dans une attitude domptée, hostile et très vexée.

Il y avait, devant eux, la grande, double et lourde porte.

Qui les invitait dans un monde sinistre, derrière elle.

-"Je rentre le premier. C'est mon rôle. Je regarde,

Et je vous inviterai, ensuite, à me suivre là dedans."

L'inspecteur Cordier prenait la direction des opérations.

Il se glissa, très, vraiment très lentement dans l'ouverture offerte.

Il disparut. Et la porte double se referma....

 

 

"L'hôpital psychiatrique abandonné"--------Chapitre 10
"L'hôpital psychiatrique abandonné"--------Chapitre 10
"L'hôpital psychiatrique abandonné"--------Chapitre 10
"L'hôpital psychiatrique abandonné"--------Chapitre 10

Publié dans Fantastique

Commenter cet article

Thaddée 19/11/2016 11:21

Bonjour Jean-Pierre, par moments ton texte prend des accents poétiques, c'est vraiment très beau. Et nous voilà au cœur de l'intrigue, brrr, dans le noir, derrière cette imposante double porte ! Et dire que nous allons y passer le week-end, c'est trop dur ;-) !!!

Laret 20/11/2016 10:48

Eh oui, ils ne sont pas encore rentrés (sauf un!). A l'intérieur de cet "hôpital psychiatrique abandonné" ?? Y a ptète rien d'anormal...!!?? Mais c'est peu vraisemblable...La suite est en train de couler de mon stylobille sur mon cahier de brouillon..Merci, bises et bon dimanche...

Laret 18/11/2016 09:01

Merci au copain avec son matériel de secours, qui m'a permit de poster le chapitre 10 de mon roman!! Quand à moi, je suis toujours dans la m...Bientôt une solution dans mes moyens..!!??