"L'hôpital psychiatrique abandonné---Chapitre 7

Publié le par JPL du Var

"L'hôpital psychiatrique abandonné"-----Chapitre 7

---------------------------------------------------------------

A une certaine distance des locaux "DISRID", pas très loin,

En fait, un peu plus loin, parce que dans une autre commune,

Se trouvaient les bureaux lumineux de l'IREMA.....

Là, travaillait une foule de quelques personnes,

Dans des bureaux, des ateliers de recherche, des salles de réunion.

Ils recherchaient et étudiaient le pas normal...

Une équipe, ou plusieurs, traquaient les étrangetés,

Naturelles ou surnaturelles, et les signalaient aux chefs

Qui décidaient, après réunion, de s'y intéresser, ou non.

Un jour, par hasard, une équipe en action avait trouvé

Un hôpital psychiatrique abandonné, reconnu comme bizarre.

Avec une réputation diabolique. Couvert de légendes..

Excellent pour un travail d'études de l'IREMA.

Ana, une des responsables expérimentées, avait été sollicitée

Pour s'installer dans la commune où se trouvait le sujet d'étude.

Elle avait pris la direction des opérations, dans la discrétion.

Mais ses employeurs ne connaissaient pas très bien beaucoup

Les faits graves, sanglants et morbides qui s'étaient passé!

C'était l'enquête secrète et le domaine du DISRID et ses inspecteurs.

Mais ses chefs considéraient que c'était une étude avec risque.

Ils avaient décidé de lui envoyer des collègues, en renfort..

Dans leurs installations, il y avait aussi une salle pour se rassembler.

Pour les sommets. Avec une table installée plus en haut.

Et, bien sûr, à l'IREMA, il y eu aussi une réunion avec débats.

Presque en même temps. Mais pas au même moment..

Il y avait aussi un chef, qui parla beaucoup,

Pour dire ce que tout le monde savait, ou presque.

Et pour expliquer les choses sur Ana et ce qu'il se passait.

En ne sachant pas encore le grave qui se passait.

"Donc, nous surveillons d'ici et de là bas, avec attention,

ce qu'il peut arriver dans ce vieil hôpital abandonné.

Nous devons attendre le retour de nos trois collègues.

Pour entendre leurs conclusions et terminer cette étude."

Le chef le plus haut du sommet ne savait pas encore...

Il prononça, à son tour, les mots qu'on attendait avec impatience.

"La réunion est terminée."Et la salle de réunion se vida..

Au village de l'horreur, il s'était passé et se passait encore des choses.

Un quartier général de l'opération avait été choisi avec soins.

Le grand salon de la maison d'Ana était devenu le quartier général.

Sa maison était la seule disponible, et la mieux placée, la plus près.

Le départ presque nocturne des sept presque volontaires

Devait être retardé pour un jour un peu plus tard,

Parce que, avant, on devait, encore, faire une réunion.

Un fait grave et sanglant avait perturbé les membres de l'expédition.

A cette réunion au sommet, il y avait les sept volontaires obligés.

Il y avait le premier de la commune, avec le second et le troisième.

Il y avait les supérieurs des agents désignés pour escorter.

il y avait monsieur le Curé. On ne savait pas pourquoi..

Il y avait le docteur, qui pouvait servir..

"Mesdames, messieurs, nous sommes obligés de nous réunir.

Avant de partir explorer l'endroit que vous savez.Il y a du nouveau."

C'était Ana, qui devenait de plus en plus chef de tout...

La réunion au sommet devait rester secrète.

L'objet, et la seule cause, de ce grand rassemblement pas prévu,

Etait déposé au milieu de la grande table du salon pour réunions.

C'était une boite en solide carton, moyenne, comme un colis postal.

"C'est quoi ça? C'est pour ça qu'on fait tout ça?"

Demanda le premier, un peu surpris, un peu irrité.

La réponse d'Ana fut rapide et un peu irritée.

"Ca, c'est ce qui nous oblige à retarder, pour l'instant, notre départ.

Ca, ça va intéresser beaucoup monsieur l'inspecteur et les agents supérieurs.

Ca a été, tout simplement, déposé cette nuit, je crois, devant ma porte.

Et ça, j'aurais préféré ne jamais l'avoir vu. Allez, regardez ça!!"

Tous les yeux de tout le monde s'étaient collés sur "ça".

La boite en carton, avec le nom d'Ana dessus, comme un banal colis suspect,

Fut ouverte, avec dégoût, par sa nouvelle propriétaire.

Tous les yeux se placèrent au dessus et plongèrent dedans.

La réunion au sommet devait rester discrète...

Mais on entendit des cris, des hurlements, pas discrets du tout!

Le premier et le chef des agents essayèrent de sortir des mots confus...

"Mais qui? C'est , c'est pas poss, impossible...C'est horreur, c'est monstr.."

Les yeux tout rouges, à cause de la chose dans la boite...

Cette chose avait paralysé les esprits, les lèvres, les mots..

La chose, c'était une main, avec un bout de bras,

Découpés, arrachés, avec du sang , emballés dans du transparent.

Les visages étaient blancs. Celui de l'inspecteur, encore plus blanc.

"Ca", reprit le chef des agents, "ça doit nous faire, eh bien, je dirais, réfléchir.

En tout cas, ceux qui en sont encore capables. Docteur?"

Le docteur sursauta un peu et dit gravement : "C'est une main..."

Le chef des agents reprenait un peu de ce qu'il restait de calme.

"Madame Ana, c'est arrivé quand, comment? Vous avez vu quelque chose?"

"Quand? Pendant cette nuit. Avant que nous partions.

Comment? J'en sais rien! J'ai vu une forte lumière dehors, avec un bruit.

J'ai ouvert ma porte. Il y avait ça déposé devant."

La lumière, forte et courte, c'était un signe connu par l'inspection.

Un examen de l'objet, et une enquête, étaient indispensables.

Une enquête qui pouvait devenir assez longue, avec ce signe..

Mais on décida que l'expédition partirait avant, malgré tout.

En attendant un ou deux jours... Pas beaucoup..

Avec beaucoup de peur en plus! C'était le but de l'expéditeur.

Le visage de l'inspecteur du DISRID était devenu blanc cadavre.

"Je, je reconnais la main, sa bague...Oui, je suis sûr, je connais!

C'est la main de mon collègue enlevé par une ambulance..."

-------A suivre-------

"L'hôpital psychiatrique abandonné---Chapitre 7
"L'hôpital psychiatrique abandonné---Chapitre 7
"L'hôpital psychiatrique abandonné---Chapitre 7

Publié dans Fantastique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nell 11/10/2016 17:27

Brrr!!! bonjour l'ambiance. Par contre, et je t'en prie ne te vexe pas, fais attention à tes fautes et répétitions. Il y en a quelques unes dans ton texte. Bien amicalement et superbe fin d'après-midi

Laret 12/10/2016 09:23

Oui, BRrrr...Et c'est le début, avant l'entrée....C'est voulu. J'ai changé (provisoirement) de régistre. Fini, les "contes gentils". Pour les "fautes", je sais..Malgré mes "latin-grec", l'orthographe a toujours été un problème pour moi. Mon amie et correctrice me le dit à chaque fois...Mais, avant l'envoi du texte à mon éditeur, je dois tout corriger (c'est facile, les fautes sont sur-lignées). Pour les répétitions....ça fait partie, un peu, de mon style, un peu enfantin. Parfois, c'est exagéré, mais j'aime bien. Et là aussi, il y aura re-lecture..Bises et bonne journée........